top of page

Hygiène de vos aisselles… Dangers et alternatives

Dernière mise à jour : 13 oct. 2022


aisselles-cancer-sein
Hygiène de vos aisselles

Une ambiance chaude et humide comme celle des aisselles favorise la multiplication de bactéries et de champignons. Bien entretenir ses aisselles est fondamental pour l'hygiène corporelle... Et pour votre santé !

Lavage à l'eau et au savon

Cette méthode d'hygiène est la plus simple et la plus efficace pour les aisselles. Même en utilisant des désodorisants, des absorbants d'odeurs ou des antitranspirants, il faut malgré tout laver les aisselles à l'eau et au savon au moins 1x par jour. Cela permet d'éliminer les bactéries qui font fermenter la sueur et la rendent malodorante.


Le saviez-vous ?

Désodorisants : produits contenant des substances bactéricides permettant d'éliminer les bactéries logées sous les aisselles, ce qui empêche la transpiration d'être malodorante.

Absorbants d'odeurs : substances qui retiennent les molécules responsables de l'odeur corporelle, pour la plupart produites par les bactéries de la peau.

Antitranspirants : substances qui réduisent la production de sueur en obstruant les pores par où elle se répand sur la peau. Leur composition chimique est à base d'aluminium, métal qui endommage le canal excréteur des glandes sudoripares en les bouchant.



Alternatives à l'usage des désodorisants

Les désodorisants, et davantage encore les antitranspirants, provoquent des effets indésirables tels que l'irritation de la peau et des réactions allergiques à leurs ingrédients. Voici quelques alternatives pouvant être efficaces :

  • savon antibactérien ;

  • changer de vêtements au moins 1x par jour ;

  • raser ou épiler les aisselles ;

  • appliquer une compresse d'eau oxygénée sur chaque aisselle pendant au moins 1 minute ;

  • appliquer du bicarbonate de soude sous chaque aisselle ;

  • utiliser un cristal désodorisant à base de sels minéraux naturels d'aluminium ;

  • réduire la consommation de viande et d'épices piquantes et manger davantage de fruits et légumes frais.


Antitranspirants et cancer du sein

En prenant pour base le fait que de nombreux cancers du sein se localisent dans la région supéro-externe du sein, proche de l'aisselle, on a lancé l'hypothèse que l'usage d'antitranspirants pourrait favoriser le cancer du sein. L'argument était le suivant : puisque les antitranspirants bloquent l'élimination de la sueur, ils empêchent l'élimination des toxines. Certaines de ces toxines retenues dans la sueur non éliminée circuleraient par les vaisseaux lymphatiques des aisselles et du sein, provoquant des mutations cancéreuses dans les cellules.

Diverses études parues à partir de l'an 2000 ont analysé l'éventuelle relation entre l'usage d'antitranspirants et le cancer du sein. Une étude réalisée à l'hôpital Saint-Joseph de Chicago sur 437 femmes atteintes d'un cancer du sein a révélé que celles qui se rasaient les aisselles et qui utilisaient plus fréquemment des antitranspirants et des désodorisants que les autres étaient atteintes du cancer plus jeunes. Cette découverte pourrait s'expliquer par le fait que les femmes qui consacrent plus de temps et de soins à l'hygiène de leurs aisselles découvriraient plus tôt les nodules ou boules apparaissant aux aisselles ou aux seins.


Causes de consultation médicale obligatoire

  • grosseur ou nodule profond dans l'aisselle : il peut s'agir d'une adénopathie ou encore d'un ganglion lymphatique enflammé parce qu'il est lié à une tumeur du sein ou du thorax ;

  • grosseur rougeâtre superficielle à l'aisselle : elle est souvent due à une infection bénigne d'une des structures de la peau, en général d'un follicule pileux (furoncle) ou d'une glande sudoripare.

87 vues0 commentaire

Comments


bottom of page