NASH - Maladie du soda qui abîme notre foie

Dernière mise à jour : 28 déc. 2021

Saviez-vous que les Belges sont les plus gros buveurs de soda en Europe ? A partir de 15 ans, un Belge sur cinq consomme une boisson sucrée (avec ou sans édulcorant) tous les jours. Si les sodas sont très appréciés dans notre pays, il ne faut pas oublier leurs effets néfastes sur la santé. Depuis ces dernières années, une maladie a fait son apparition, notamment chez les jeunes adultes buvant des quantités très importantes de soda chaque jour. Cette maladie du "foie gras", c'est la NASH, appelée également stéatose hépatite non alcoolique.

NASH-Maladie-Soda

Boire trop de soda a des répercutions sur notre santé : problème d'émail dentaire, surpoids et obésité favorisant l'apparition du diabète de type 2, etc. Pourtant, il est difficile pour bon nombre d'entre nous de ne pas boire de soda tous les jours, soit parce que nous n'aimons pas boire de l'eau soit parce que nous avons envie d'avoir un goût sucré en bouche.


NASH

Au bout de quelques années, le foie, qui reçoit une surcharge de graisse, ne parvient plus à l'éliminer. L'organe stocke alors les acides gras, provoquant une inflammation qui peut entraîner une fibrose. Même en n'ayant jamais bu d'alcool de leur vie, ces patients peuvent alors développer une cirrhose ou un cancer du foie.


La stéatose hépatite non alcoolique est difficile à identifier avant un stade avancé de la maladie, et est aujourd'hui la principale cause de maladies chroniques du foie dans les pays occidentaux. Il est possible de prévenir et de ralentir l'évolution de cette pathologie grâce à une bonne hygiène alimentaire et à la lutte contre la sédentarité. Malheureusement, aucun traitement efficace n'a pu être approuvé à l'heure actuelle.


SODA LIGHT & 0%

Ne pensez malheureusement pas que consommer des sodas lights ou 0% représente une alternative. En 2013, une étude menée en France par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm)-université Paris-Sud 11 révélait que le risque de diabète de type 2 était plus élevé avec des boissons light qu’avec des boissons sucrées classiques.


Une personne buvant 1,5 litre de ce type de boisson par semaine encourt 60 % de risques supplémentaires de développer un diabète de type 2 par rapport à celle qui boit la même quantité de boisson sucrée. Pour les chercheurs, l’aspartame, principal édulcorant utilisé, induirait une augmentation de la glycémie donc une hausse du taux d’insuline.


CONSEILS

Le mieux est de limiter notre consommation quotidienne de soda (avec ou sans édulcorant), par exemple en buvant un verre tous les deux jours, et en favorisant ainsi la consommation d'eau. Par ailleurs, il est important de bien regarder la teneur en sucre par 100ml. Enfin, rappelons que les jus de fruits contiennent également beaucoup de sucre, et sont à éviter autant que les sodas.